Approches critiques du langage 3

Contact(s)

Composante :UFR Humanités

En bref

Période : Semestre 3

Code matière : LDH3E22

Description

Approche critique du langage (Gilles Magniont)

 

Penser, traduire

« Il y a vingt ans que je m'occupe à faire des traductions. — Quoi! monsieur, dit le géomètre, il y a vingt ans que vous ne pensez pas! ». Comme le suggère cet échange des Lettres Persanes, l’acte de traduire a souvent été moqué : il s’agirait, en se mettant au service de la pensée d’un autre, de ne plus penser par soi-même. On s’attachera dans le semestre à suivre une perspective inverse : dans quelle mesure traduire revient à penser ? Et, précisément, à penser la langue, ou à penser sa propre langue ?

Ces questions seront posées en envisageant la traduction sous diverses formes : car si traduire c’est faire passer d’une langue à un autre, c’est aussi, nous disent les dictionnaires, par analogie, passer d’un art à un autre, d’un discours à un graphique, d’un sentiment à un geste ; au-delà du premier sens 

évident, traduire revient donc à faire passer d’un système à un autre. On observera donc les « effets de pensée » de cette traversée dans l’ordre suivant :

 

  1. De l’oral à l’écrit :
    1. La « raison graphique », ou penser dans l’espace
    2. Les choix graphiques, ou penser sa langue comme un système ancien et structuré
  2. D’une langue à l’autre
    1. L’évolution de la langue : penser les formes comme périssables
    2. Le « génie » de la langue : penser sa langue comme un ensemble 

 

Un livret de textes sera distribué lors de la première séance.

Volume horaire TD : 18
Crédits ECTS : 2
Diplômes intégrant cette UE :